La tremblante du mouton pourrait passer la barrière d’espèce

Des chercheurs de l’Inra ont montré pour la première fois que l’agent pathogène responsable de la tremblante du mouton, une protéine prion, possède le potentiel nécessaire pour convertir la protéine prion naturellement présente chez l’homme dans sa forme saine et la rendre pathologique. Chez des souris modèles reproduisant la barrière d’espèce humaine, cet agent pathogène induit une maladie en tout point similaire à celle causée par les prions responsables de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Ces premiers résultats publiés dans Nature Communications le 16 décembre 2014, soulignent la nécessité de prendre en considération la possibilité de la transmission de cette maladie à l’Homme.

Lire l’intégralité du communiqué de presse :
http://presse.inra.fr/Ressources/Communiques-de-presse/node_169419

Mots clés
Voir plus