FranceAgriMer : Observatoire des exploitations fruitières

En marge de son Conseil spécialisé pour la filière fruits et légumes, FranceAgriMer a organisé le 9 décembre dernier une après-midi d’information des professionnels sur deux études cofinancées par l’Établissement.

Observatoire des exploitations fruitières : résultats 2013

Mardi 9 décembre après-midi, FranceAgriMer a présenté aux professionnels les résultats 2013 de l’Observatoire des exploitations fruitières, piloté et financé par FranceAgriMer, le CTIFL (Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes) et la FNPF (Fédération nationale des producteurs de fruits).
En 2013, tous les types d’exploitations ont dégagé une marge nette positive, grâce à des prix satisfaisants. Un quart des exploitations étaient en risque financier moyen ou élevé, soit trois points de moins qu’en 2012. Les situations de risques restent plus élevées dans le secteur de la pêche que dans le secteur de la pomme. Le résultat des arboriculteurs s’améliore en 2013 par rapport à 2012, année certes équilibrée mais au résultat moins élevé. Les stratégies de développement demeurent majoritaires pour l’ensemble de l’échantillon, ce qui est encourageant. Néanmoins l’écart des comportements financiers[1] entre les différentes spécialisations ne peut être ignoré, le repli touchant 52 % des exploitations spécialisées en pêche.
[1] (Stabilité, renforcement financier, investissement, repli)
Pour en savoir plus : Observatoire des exploitations fruitières : résultats 2013

Étude sur la consommation des fruits et légumes frais par les enfants

FranceAgriMer et Interfel ont confié en 2014 une étude au cabinet ABC + pour mieux cerner la consommation des fruits et légumes frais par les enfants. Objectif : chercher à créer un environnement favorable à la consommation dès le plus jeune âge, et informer les professionnels des évolutions alimentaires en ce domaine pour mieux adapter l’offre.
L’étude souligne que, pour les enfants, le plaisir est le premier levier de la motivation à consommer. Le rôle des parents reste fondamental pour éduquer leurs enfants dès le 1er âge et influencer leurs pratiques de consommation. L’analyse montre qu’au sein des familles, le rôle des mères reste majeur, même si  les évolutions sociétales se traduisent par un recul de leur investissement dans l’éducation alimentaire alors que c’est jugé essentiel pour l’équilibre nutritionnel des générations futures (culture de « l’enfant-roi », priorités socio-économiques, rythmes de vie frénétiques…). Aujourd’hui, 40 % des enfants de 0 à 18 ans mangent moins d’un fruit et légume par jour.
Pour en savoir plus : Etude de la consommation de fruits et légumes frais par les enfants

Mots clés
Voir plus