Crédit Agricole : une pause demandée dans la réorganisation

Dans un communiqué du 26 mai 2015, la FGA-CFDT demande aux nouveaux dirigeants une pause pour les salariés du Crédit Agricole.

Si la CFDT comprend qu’une adaptation technologique, réglementaire et sociétale du Crédit agricole ait été jusqu’à présent indispensable, elle demande une pause dans cette réorganisation parce que celle-ci n’est plus aujourd’hui socialement supportable.

La FGA-CFDT reconnait que les choix faits par la précédente direction du groupe Crédit Agricole ont permis de redresser la barre. Lors de l’Assemblée générale des actionnaires, elle a salué le travail de son directeur général,  M. Chifflet, qui a dû affronter une situation économique difficile, relever un bilan désastreux, et qui sera remplacé par Philippe Brassac. Néanmoins, elle estime que les restructurations ont fait peser sur l’emploi du Crédit Agricole un coût bien trop élevé.

Elle témoigne aujourd’hui de la fatigue et, parfois, de la colère sourde des salariés de l’ensemble du groupe, qui, sans être responsables de la crise traversée, lui payent aujourd’hui un lourd tribut : culpabilisation, pressions, heures supplémentaires, qualité de vie dégradée… Les femmes et les hommes ne peuvent être considérés comme une variable d’ajustement. L’entreprise doit leur permettre un exercice serein de leur métier.

La FGA-CFDT souhaite que les partenaires sociaux soient informés en amont et en temps voulu de la nouvelle gouvernance du Crédit Agricole afin d’en appréhender les impacts sur les entités du groupe et ses salariés. Elle souhaite un nouveau projet porteur de sens, durable  et  mutualiste,  responsable  socialement  et économiquement  sur  nos  territoires nationaux et internationaux, qui embarquerait avec justesse et équité l’ensemble du corps social du groupe.

Mots clés
Voir plus