FRSEA/JA répondent aux mesures du gouvernement

Alors que la Bretagne est « paralysée » par les multiples manifestations d’éleveurs, FRSEA/JA Bretagne répondent aux mesures annoncées hier par le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, dans un communiqué envoyé à la presse. Extrait :

Monsieur le Ministre, êtes-vous réaliste ?

Pourquoi est-ce que le Gouvernement français ne réussit pas à protéger et valoriser son agriculture […] alors que les autres pays européens ont, eux, trouvé des solutions ?

Face à la crise de l’agriculture, le Ministre en charge de ce secteur répond par une adaptation du plan d’urgence. Il s’agit de rustines montrant que le Gouvernement ne s’occupe pas des problèmes structurels.

Le Ministre annonce un décret sur l’étiquetage d’origine des produits transformés, mais n’assure pas juridiquement cette démarche, remettant en cause l’information due au consommateur et faisant ainsi fi de la volonté des citoyens de choisir leurs aliments en connaissance de cause.

S’agissant de la problématique des marges et des prix payés aux producteurs, il pointe du doigt industriels et distributeurs, se dédouanant ainsi de toute responsabilité.

Un jeu pour l’Etat, qui consiste à renvoyer la balle vers les industriels et les distributeurs qui se défaussent, eux, sur l’Etat et l’Union Européenne. Ce n’est plus tolérable […] le droit des citoyens à manger français disparaît.

Chacun ses responsabilités, chacun ses compétences

  • Les producteurs continuent de se prendre en main : 5 groupements de producteurs de porcs ont lancé  la création d’une plate-forme de commercialisation, permettant d’unir leurs forces et valoriser au mieux la production de leurs adhérents.
  • Les industriels et la distribution ont effectivement le devoir d’aller au bout de la démarche visant à assurer une bonne répartition des marges entre les maillons des filières. Ils doivent comprendre qu’en épuisant les agriculteurs, ils se mettent eux aussi en danger.
  • L’Etat doit, de son côté, agir immédiatement pour :
    • Trouver une solution juridiquement fiable pour que l’étiquetage d’origine soit réalisé sur tous les produits frais et transformés, comme cela se fait dans d’autres Etats de l’Union Européenne.
    • Mettre fin ou compenser les distorsions de concurrence sociales, fiscales et environnementales qui font tant de tort aux agriculteurs de notre pays.
    • Mettre une pression importante, politique et juridique, sur les transformateurs et distributeurs, afin que la transparence se fasse enfin et permette une juste répartition des marges.
[…] Les pansements annoncés à grand renfort de communication ne suffiront pas à sauver notre agriculture et tous les hommes et les femmes qui en vivent.

Source FRSEA/JA Bretagne.

Mots clés
Voir plus