La Conf’ veut une réorientation profonde des filières animales

La Confédération Paysanne s’est rendue à la table ronde en Préfecture de Région à Rennes ce jeudi. Au vu de l’absence des organisations économiques et de la FRSEA, le Préfet a choisi de la reporter. « De notre côté nous avions décidé de venir à la table des discussions pour travailler », indique la Conf’ dans un communiqué dont voici un extrait :

Absences de propositions

« Nous interprétons ce refus de dialogue de la part des dits majoritaires comme un aveu d’absences de propositions de solutions, un refus de prendre leurs responsabilités et de se remettre en cause face à des situations qu’ils ont eux-mêmes provoquées. […] En l’absence de remise en cause du modèle actuel de développement des filières animales qui privilégie invariablement les volumes à la valeur ajoutée, des paysans continueront d’être éliminés, ou d’être instrumentalisés […] »

Des mesures populistes

« Les mesures réclamées aujourd’hui sont plus populistes qu’efficientes structurellement. Par exemple, l’étiquetage de l’origine des viandes doit être lié à une plus-value sinon elle n’apportera rien sur une production de masse standard. Autre exemple, plutôt que de vivre les normes sociales ou environnementales comme une contrainte, valorisons-les. »

Le cas du porc

« En production porcine, la Confédération Paysanne Bretagne propose aussi à très court terme une baisse du poids de carcasse pour limiter la surproduction qui pèse sur le prix. Comme nous le réclamons depuis longtemps les prémices d’une offre regroupée face à la distribution vont dans le bon sens, mais là encore il faut sortir d’une production de masse uniformisée.

Produisons ce que l’on peut vendre et non ce que l’on veut vendre ! Tout en demandant à l’Union Européenne de re-proposer des outils de régulation de la production et des marchés, nous ne dédouanons pas l’ensemble des acteurs des filières de devoir intervenir chacun à son niveau. »

Source Confédération Paysanne

Mots clés
Voir plus