Crise agricole : blocages de plates-formes logistiques

Communiqué FRSEA/JA Bretagne du 8 février

Les GMS gardent pour elles la part du lion

Des plates-formes logistiques de distribution de plusieurs enseignes sont actuellement bloquées par les agriculteurs. Les GMS (Grandes et Moyennes Surfaces) ont en effet une grande responsabilité à l’égard de la situation économique désastreuse que vivent les agriculteurs. Au lieu d’assurer une répartition des marges permettant à tous les maillons de la filière de vivre, elles gardent pour elles la part du lion.  La guerre des prix qu’elles se livrent se répercute de manière inadmissible sur le premier maillon, le producteur, qui est pourtant à l’origine même de la valeur de ces produits.

Nous dénonçons cette situation depuis bien trop longtemps

Aujourd’hui, les agriculteurs sont à bout, économiquement et psychologiquement, et le font savoir par les mouvements de ces derniers jours. La pression exercée sur les GMS vise à faire passer un message simple et clair aux enseignes de distribution :

  • Les négociations commerciales ne peuvent décemment pas aboutir à des baisses des prix payés aux producteurs.
  • Les GMS doivent accepter de redonner aux producteurs la partie des marges qui leur revient et pas seulement via un fonds d’urgence destiné aux producteurs de porcs. Les agriculteurs de toutes les filières ont besoin et ont le droit de retrouver les marges correspondant à leur travail. Les industriels qui font l’intermédiaire entre distribution et production ont le devoir ensuite de reverser cette part aux agriculteurs.
  • Sans attendre la réglementation, les GMS doivent exiger des transformateurs un étiquetage des produits transformés. Le besoin  d’information est mis en évidence par UFC Que Choisir dans une étude rendue publique aujourd’hui.

Les Français approuvent notre mouvement

Tout cela ne fait d’ailleurs que répondre à la demande majoritaire des citoyens français qui, non seulement, approuvent à 84 % le mouvement des agriculteurs, mais dont la majorité est même tout à fait prête à faire un effort financier pour privilégier les produits issus de l’agriculture française (Sondage BVA pour Orange et iTélé publié le 6 février 2016).

En fait, des prix suffisamment rémunérateurs pour les producteurs n’impacteraient que très peu le porte- monnaie des consommateurs ou les marges confortables des GMS.

Le Gouvernement et les élus français doivent jouer leur rôle, sur le plan politique, législatif et juridique

La rencontre de ce matin entre le Premier Ministre et les GMS ne suffit pas. Tout doit être mis en œuvre à tous les échelons pour faire en sorte que cette répartition de la valeur devienne une réalité et permette aux agriculteurs de vivre décemment du fruit de leur travail, dans l’intérêt de tous les Français.
Sont actuellement bloquées les plates-formes logistiques de distribution :

  • Bain de Bretagne (STEF – Carrefour)
  • Gaël (Géant Casino)
  • Argentré (Intermarché)
  • Saint-Gérand (Intermarché)

D’autres actions suivront.

Mots clés
Voir plus