Crise de l’élevage : Une réponse pas encore à la hauteur

Le Premier ministre vient d’annoncer de nouvelles mesures pour venir en aide aux éleveurs touchés par la crise. Encore une fois, à la sortie d’un rendez-vous avec Xavier Beulin, Manuel Valls s’est plié à ses demandes. Au lieu de faire le choix de baisses de cotisations en direction des éleveurs victimes de la crise, il offre une ristourne à tous les paysans, y compris ceux qui n’en ont pas besoin. Seule l’année blanche à destination des éleveurs les plus en difficulté pourra avoir un sens. Face à la détresse des paysans cela ne suffira pas.

Les cotisations sociales, trop souvent appelées « charges », sont un élément essentiel de la solidarité nationale et contribuent au quotidien des paysans (maladie, retraite, etc.). Cette mesure ne doit pas être l’occasion d’enfoncer un coin dans ce principe essentiel de notre société. Par ailleurs, il est temps d’admettre que la crise est structurelle et que c’est toute l’organisation de la production qui est à revoir.

Les démarches de Stéphane Le Foll, qui demande une régulation des productions à l’échelle européenne, vont dans le bon sens. Elles doivent s’accompagner de la mise en place d’un mécanisme qui permettrait d’assurer aux éleveurs un prix juste pour leur travail. Au-delà, pour qu’une telle crise ne puisse plus se reproduire, il faudra permettre aux paysans d’aller vers des systèmes plus autonomes, qui leur permette d’exercer leur métier, d’en tirer un revenu décent et la reconnaissance qu’ils méritent.

Source : Communiqué Confédération Paysanne

Mots clés
Voir plus