En décembre 2015, poursuite de la baisse du prix des intrants

En décembre 2015, le prix d’achat des moyens de production agricole a diminué de 1,7 % sur un an, essentiellement en raison de la baisse du prix du pétrole.

La production d’aliments composés pour les animaux de ferme a, quant à elle diminué de 1,6 % sur un an. Sur l’ensemble de l’année, elle a légèrement diminué : la moindre demande pour les porcins et les bovins a contrebalancé le plus fort recours des éleveurs de poulets de chair hors label aux aliments concentrés industriels.

En octobre 2015, les livraisons d’azote ont été supérieures à celles d’octobre 2014 et les prix ont continué de reculer sur un an. Les livraisons de phosphate ont également très fortement augmenté tandis que celles de potasse sont restées stables par rapport à octobre 2014.

Dans le détails :

Prix d’achat des moyens de production agricole (Ipampa)

En décembre 2015, le prix d’achat des intrants (mesuré par l’Ipampa pour les biens et services de consommation courante) a poursuivi sa baisse, à un rythme plus soutenu que le mois précédent (- 1 % par rapport à novembre 2015). Depuis le début de l’année 2015, ce prix a baissé de 2,7 % par rapport à 2014.

Le prix de l’énergie et des lubrifiants, représentant 13 % des intrants, a diminué de 8 % en décembre 2015 par rapport à novembre 2015. Sur un an, le recul est encore plus important et s’établit à près de 14 %.

En décembre 2015, le prix d’achat des aliments pour animaux, représentant 27 % des intrants, est en retrait de 0,3 % par rapport au mois précédent. Comme en novembre 2015, cette baisse résulte de la diminution conjointe du prix des aliments composés (- 0,2 %) et de celui des aliments simples (- 0,9 %). Sur un an, la baisse du prix des aliments pour animaux atteint 0,6 %, la légère hausse du prix des aliments composés ne parvenant pas à compenser le recul des prix des aliments simples. Sur l’ensemble de l’année 2015, les prix ont reculé de 4,3 %.
En décembre 2015, le prix des engrais et amendements s’est replié (- 0,2 % par rapport à novembre 2015 et – 1,3 % sur un an).

vache-primholstein-alimentation-cornadis

Alimentation animale

En décembre 2015 avec le même nombre de jours ouvrés qu’en 2014, la production d’aliments composés pour les animaux de ferme a diminué de 1,6 % sur un an. Sur l’ensemble de l’année, elle a légèrement diminué : la moindre demande pour les porcins et les bovins a contrebalancé le plus fort recours des éleveurs de poulets de chair hors label aux aliments concentrés industriels.

En décembre 2015, la production d’aliments composés pour bovins, incluant la production totale de mash, recule de 6,5 % pour le troisième mois consécutif. Sur l’année 2015, on observe une baisse importante de la production d’aliments concentrés pour vaches laitières (- 6,7 %). Les besoins du cheptel laitier ont été moindres, en particulier grâce à la douceur de l’automne favorisant le maintien au pâturage. Le mash, toujours utilisé à hauteur d’environ 15 % dans l’alimentation bovine est en progression de 7,7% depuis janvier, ce qui permet de limiter la baisse de la production industrielle d’aliments.

En décembre, la production industrielle d’aliments porcins s’est de nouveau contractée, diminuant en cumul de 1,3 % sur l’année. En effet, en 2015, la chute des cours des tourteaux de soja, de blé et de maïs a favorisé un recours plus important aux aliments fabriqués à la ferme. Ainsi la production annuelle d’aliments complets destinés aux porcs d’élevage et d’engraissement affiche une baisse de 2,5 %. La hausse en aliments complémentaires (+ 3,5 %) ne suffit pas à inverser la tendance baissière pour l’année écoulée.

Sur l’ensemble de l’année 2015, la fabrication d’aliments composés pour volailles progresse de 2 % par rapport à 2014. Elle est en légère baisse pour les dindes et stable pour les palmipèdes gras. En revanche, la forte demande de la filière poulets de chair (+ 5 %), en lien avec l’évolution des abattages sur l’année ainsi que la hausse des exportations vers l’UE et les pays tiers, contribue à cet accroissement de la demande en aliments concentrés. Depuis mai 2015, la demande des professionnels de la nutrition animale s’est réorientée vers le blé, alors qu’elle était plutôt tournée vers le maïs en début d’année.

KUHN_axis-501W-engrais-ferti

Énergie et engrais

En octobre 2015, les livraisons d’engrais azotés ont légèrement augmenté sur un an (+ 0,9 %). Néan- moins, en cumul sur les quatre premiers mois de la campagne 2015/16, les livraisons ont été inférieures à celles de la campagne précédente sur la même période (- 2,3 %). Cette baisse s’explique par le recul des livraisons en septembre 2015 par rapport à septembre 2014 (- 3,5 %). Les prix ont, quant à eux, diminué de 2,4 % entre octobre 2014 et 2015. Cette baisse s’est ensuite accélérée, en novembre et décembre.

En octobre 2015, les livraisons de phosphate et de potasse ont dépassé celles d’octobre 2014 (resp. + 58 % et + 5 %) malgré la hausse des prix. En cumul sur les six premiers mois de la campagne 2015/16, elles ont progressé pour les phosphates (+ 13 %) mais reculé pour les potasses (- 6 %). Sur un an (d’octobre 2014 à octobre 2015), les prix d’achat de ces engrais ont augmenté. Ces hausses se sont
poursuivies en novembre et décembre mais à un rythme plus modéré. De même, en cumul sur les 6 premiers mois de la campagne, les prix se sont accrus par rapport à la campagne précédente (resp. + 9 % et + 2,8 % pour les engrais phosphatés et potassiques).

En décembre 2015, le prix du baril de pétrole brut de la mer du nord a poursuivi sa baisse : il s’élève à 38 $ contre 44 $ en novembre 2015 (- 14 %). Sur un an, le recul est plus important et atteint – 39 %.

En décembre 2015, le prix du poste « énergie et lubrifiants » de l’Ipampa a baissé de 14 % sur un an. Le prix du fioul domestique carburant (ou gazole non routier), qui représente la moitié du poste, s’est de nouveau replié. Il a reculé de 28 % par rapport à décembre 2014, et de 17 % par rapport au mois précédent. Les chiffres, pour toutes les années, prennent en compte le remboursement aux agriculteurs de 5 centimes par litre de fioul de la taxe sur la consommation des produits énergétiques (TICPE).

Source AGRESTE

Mots clés
Voir plus