Excédent des échanges agroalimentaire français de 9,4 Mrd€ en 2015

En 2015, l’excédent des échanges agroalimentaires français atteint presque 9,4 milliards d’euros, en progression de 267 millions d’euros par
rapport à 2014. Après une baisse, sur un an, lors de deux premiers mois de l’année, l’excédent s’est ensuite redressé avant de reculer lors du dernier trimestre, malgré un rebond en décembre.

L’excédent des produits agricoles bruts diminue de 101 millions d’euros par rapport à 2014. La hausse des exportations céréalières ne suffit pas en effet à compenser l’augmentation des importations de fruits. L’excédent des produits transformés augmente de 368 millions d’euros par rapport à 2014, sous l’impulsion des ventes de vins et alcools.

Dans le détails :

Principales tendances du commerce extérieur

Après une année 2014 qui avait vu l’excédent des échanges agroalimentaires français diminuer, ce dernier atteint, en 2015, près de 9,4 milliards d’euros, soit une progression de 267 millions d’euros par rapport à 2014.
Avec les pays tiers, l’excédent (6,5 milliards d’euros) progresse de 1,3 milliards d’euros par rapport à 2014. Les exportations ont en effet augmenté (+ 2,1 milliards d’euros et + 41 %) plus fortement que les importations (+ 0,8 milliards d’euros et + 5 %).

Les produits bruts, par la réduction de 0,3 milliards d’euros de leur solde déficitaire, et les produits transformés, par la croissance de 1 milliard d’euros de leur excédent, ont tous deux contribué à la hausse de l’excédent en direction des pays-tiers.

carte-export-europe

Malgré la contraction des exportations de blé tendre, la valeur des exportations céréalières vers les pays-tiers a progressé grâce au niveau exceptionnel des ventes d’orges à la Chine. En valeur, les ventes d’orges ont ainsi augmenté de 0,6 milliards d’euros.
Les expéditions de vins et champagne augmentent de 547 millions d’euros, notamment grâce aux ventes à destination des États-Unis et de la Chine.

Avec l’Union européenne, l’excédent (2,9 milliards d’euros) recule de 1 milliard d’euros par rapport à 2014. Les importations augmentent de 1 milliard d’euros, aussi bien pour les produits bruts (+ 0,5 mil- liards d’euros et + 8 %) que pour les produits transformés (+ 0,5 milliards d’euros et + 2 %). En ce qui concerne les exportations, ces dernières ne progressent que de 0,2 milliards d’euros pour les produits bruts (+ 2 %) et reculent de 0,2 milliards d’euros pour les produits transformés (- 1 %). Cette évolution est à mettre en parallèle des baisses enregistrées pour les ventes de viandes (plus particulièrement pour la viande de porc) et les produits laitiers et fromages.

Produits agricoles bruts

L’excédent des échanges des produits agricoles bruts s’élève à 2,6 milliards d’euros en 2015, en léger recul par rapport à 2014 (- 0,1 milliard d’euros). Ce recul concerne uniquement les échanges avec l’Union européenne (- 0,4 milliards d’euros) alors que l’excédent avec les pays tiers augmente (+ 0,3 milliards d’euros).

blé Semences certifiées

Les exportations (15,7 milliards d’euros) augmentent de 0,9 milliards d’euros (+ 6 %) par rapport à 2014, dont 0,4 milliards d’euros (+ 6 %) pour les céréales. Ce résultat est principalement imputable aux ventes d’orges qui augmentent de 0,5 milliards d’euros (+ 52%), sous l’effet de la hausse exceptionnelle des expéditions vers les pays tiers (Chine), aussi bien en quantité (+ 161 %) qu’en valeur (+ 187 %). De même, les exportations de maïs augmentent de 165 millions d’euros (+ 10 %) suite à la récolte record de 2014 (principalement écoulée en 2015). Les ventes de blé régressent de 212 millions d’euros (- 6 %) du fait de la baisse des cours et de la diminution des quantités ex- portées (- 2 %). Celle-ci s’explique par la très forte contraction des ventes au Maroc et à l’Algérie, premiers débouchés des céréales françaises, en dépit d’un volume élevé d’exportations vers l’Égypte.

La hausse des exportations de légumes, + 0,1 milliards d’euros (+ 7 %), concerne la quasi-totalité des légumes, mais plus particulièrement la pomme de terre, les carottes et les navets. Les exportations de bovins vivants augmentent de 112 millions d’euros (+ 9 %), grâce aux expéditions vers les pays tiers (Turquie) alors que le débouché vers l’UE reste stable.
Les importations (13 milliards d’euros) augmentent de 1 milliard d’euros (+ 9 %) par rapport à 2014. En particulier, les achats de fruits progressent de 0,6 mil- liards d’euros et ceux de légumes de 0,3 milliards d’euros.

Produits agricoles transformés

L’excédent des échanges des produits transformés atteint 6,7 milliards d’euros en 2015, en hausse de 0,4 milliards d’euros par rapport à 2014.

Les exportations augmentent de 1,15 milliards d’euros par rapport à 2014 (+ 3 %). Les ventes de boissons alcoolisées progressent sur un an (+ 1 milliard d’euros). Cette augmentation est répartie de manière assez équilibrée entre les ventes de vins et champagne et les autres alcools (avec respectivement + 528 millions d’euros et + 461 millions d’euros). Le contexte de repli de la demande mondiale a pesé lourdement sur les ventes de produits laitiers qui reculent de 478 millions d’euros en 2015 par rapport à 2014.

vin-rouge-blanc

Les importations progressent de 0,8 milliards d’euros (+ 2%) par rapport à 2014. Les achats de chocolat et confiseries croissent de 224 millions d’euros en 2015 dans un contexte de prix soutenus. Les importations d’huiles et tourteaux et les produits préparés de la pêche voient leurs importations progresser, en 2015, avec respectivement + 214 et + 165 millions d’euros par rapport à 2014. A l’inverse, les achats de produits laitiers diminuent de 343 millions d’euros en 2015 sous l’effet de la baisse des prix liée au marché mondial.

Source AGRESTE

Mots clés
Voir plus