Céréales : nouvelles prévisions pour la campagne commerciale 2015/16

Le Conseil spécialisé de FranceAgriMer pour la filière céréalière a validé les nouveaux bilans prévisionnels  pour la campagne commerciale 2015/16.

Blé tendre : statu quo par rapport aux prévisions du mois dernier

En dépit de quelques ajustements des prévisions de ventes vers divers pays de l’Union européenne, le disponible au-delà du stock de fin de campagne moyen, toujours évalué à 2,6 millions de tonnes (Mt), ne varie pas par rapport au mois dernier et laisse entrevoir une fin de campagne avec un stock de report de 6 Mt. À ce stade, les ventes vers l’Union européenne restent prévues à 7,1 Mt environ et les exportations vers les pays tiers à 11 Mt, en dépit des prix attractifs des blés français. Début mars, le GASC égyptien, en charge des achats publics de blé s’était majoritairement approvisionné auprès de la Russie (plus de 1,9 Mt), de la Roumanie (960 000 tonnes) et de l’Ukraine (520 000 tonnes). La France, principal fournisseur du GASC en 2014/15, n’occupe que la quatrième place en 2015/16 avec 480 000 tonnes exportées.

Les perspectives de récolte 2016/17 dans le monde, jugées aujourd’hui très favorables, renforcent le sentiment baissier du marché.

Maïs : revalorisation des prévisions de ventes vers l’Union européenne et les pays tiers, le disponible s’allège

Avec des ventes un peu plus dynamiques que prévu vers certains pays de l’Union européenne, notamment vers l’Espagne, les prévisions de ventes vers l’UE sont révisées à la hausse à près de 5,4 Mt (+ 75 000 tonnes par rapport au mois dernier). Les prévisions d’exportations vers les pays tiers sont aussi revalorisées à 200 000 tonnes (+ 50 000 tonnes par rapport au mois dernier). Au total, le disponible au-delà du stock de report moyen des cinq dernières années s’allège à 95 000 tonnes.

Orges : prévisions d’exportations vers les pays tiers revues à la hausse

Les prévisions d’exportations d’orges vers les pays tiers sont de nouveau révisées à la hausse de 200 000 tonnes par rapport au mois dernier, à 4,1 Mt, au vu des exportations déjà réalisées à ce jour (3,6 Mt). Plusieurs pays sont aux achats : Arabie saoudite, Maroc, Algérie pour les orges fourragères et Chine pour les orges brassicoles. La sécheresse extrême à laquelle est confronté le Maroc crée un besoin supplémentaire à l’importation.

État des cultures pour la récolte 2016

Selon le réseau de notation Céré’Obs, fin février, les conditions de culture étaient bonnes à très bonnes pour 94 % des blés français (contre 91 % à la même époque 2015), 93 % des orges d’hiver (90 % en 2015) et 89 % des blés durs (85 % en 2015). Les stades de développement du blé tendre, de l’orge d’hiver et du blé dur sont en avance par rapport à 2015, à la même date. Pour mémoire l’hiver a été particulièrement doux, avec un mois de décembre 2015 le plus chaud depuis 1900 (+ 3,9 ° C en moyenne au-dessus des normales). On constate néanmoins un retard des semis d’orge de printemps, notamment en Bourgogne et en région Centre-Val de Loire.

Mots clés
Voir plus