Les prix agricoles en baisse pour janvier 2016

En janvier 2016, les prix des produits agricoles à la production reculent sur un an et par rapport à la moyenne des cinq dernières années, sous l’impact principalement de la forte baisse des cours des légumes et surtout des céréales. Les prix des fruits et des œufs fléchissent, mais de façon moins marquée ou pèsent moins dans l’évolution globale. Les prix du bétail sont quasiment stables. Seuls les cours des vins, des oléagineux, des « volailles et lapins » et surtout de la pomme de terre progressent. Pour les oléagineux, la hausse sur un an ralentit, les cours du pétrole freinant la demande de biocarburants.

Les prix à la consommation des produits alimentaires progressent légèrement en janvier 2016 sur un an, tandis que ceux des boissons non alcoolisées sont en repli. Les prix des fruits ne répercutent pas la baisse des cours à la production sur un an.

Baisse des céréales

Outre les volumes mondiaux importants en céréales et une demande atone, la situation macroéconomique morose (recul des bourses et du prix du pétrole, perspective de crise financière) continue de tirer les prix à la baisse sur un an et par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

A l’exportation, le blé tendre français rencontre des difficultés vers l’Égypte, qui a durci les exigences sanitaires figurant dans ses appels d’offre. Les prix des orges subissent une baisse très nette sur un an, dans le sillage du blé tendre. Malgré une récolte en repli, les cours du maïs décrochent sur un an, les fabricants d’aliments pour bétail privilégiant le blé au prix plus compétitif et ralentissant leurs incorporations dans un contexte d’influenza aviaire. Les cours des oléagineux subissent toujours la pression de l’or noir et ne sont plus que légèrement supérieurs à ceux de janvier 2015. Les prix de la pomme de terre doublent quasiment sur un an, en lien avec le recul de la production.

Stabilité des fruits

Les prix des fruits sont quasiment stables par rapport à ceux de janvier 2015 mais passent en deçà de la moyenne des cinq dernières campagnes. Avec un marché intérieur de la pomme plus actif et une concurrence des autres fruits moins pesante, les prix se maintiennent sur un an mais demeurent en retrait par rapport à la moyenne des cours de janvier 2011-2015. A l’inverse, le commerce du kiwi est peu dynamique : l’offre est supérieure à la demande et se heurte à la concurrence européenne. Les cours sont orientés à la baisse.

Recul du prix des légumes

En janvier 2016, les prix des légumes reculent sur un an, pénalisés par les cours des légumes d‘hiver. Toutefois, le retour traditionnel de la consommation en ce début d’année, favorisé par la baisse des températures, une gestion maîtrisée des récoltes (destructions de salades et endives) et le recul des importations (chicorées, carottes) ont soutenu les prix qui se maintiennent quasiment au niveau de la moyenne 2011-2015.

Stabilité en viande

Les cours du bétail sont quasiment stables en janvier 2016 mais demeurent en deçà de la moyenne des prix de janvier 2011-2015. La hausse sur un an des cours des veaux (de boucherie) compense presque le repli des cours gros bovins des ovins et des porcins. Les cours des volailles augmentent, encouragés par la demande en poulet. En janvier 2016, les prix des œufs diminuent  nettement sur un an, après le retour à la normale des exportations d’ovoproduits à destination du marché nord-américain et avec une production européenne abondante.


Les prix à la consommation des produits alimentaires sont en légère hausse, la baisse des légumes ne compensant pas la hausse des viandes des « poissons et crustacés » et surtout des fruits. Ces derniers sont en nette hausse sur un an et par rapport à la moyenne 2011-2014. Les prix des boissons poursuivent leur repli sur un an.

Source : Agreste

Mots clés
Voir plus