COP 23 : La filière élevage et viande consolide ses engagements pour le climat et une alimentation durable

Interbev – Paris, le 7 novembre 2017 – La Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP 23) se tient en Allemagne à Bonn du 6 au 17 novembre 2017. A cette occasion, la filière Elevage et Viande partagera ses démarches de progrès en faveur d’une alimentation plus durable.

Elle présentera d’une part sa contribution à la réduction des émissions de gaz à effet de serre à travers le programme LIFE BEEF CARBON lancé en 2015 et d’autre part, reviendra sur son « Pacte pour un engagement Sociétal », démarche de responsabilité sociétale collective, initiée début 2017. Des actions qui s’inscrivent à la fois dans les Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU et dans l’esprit des travaux menés actuellement dans le cadre des Etats Généraux de l’Alimentation.

2015-2017 : Deux ans après son lancement en France, LIFE BEEF CARBON promeut sur le terrain les pratiques d’élevage bénéfiques pour le climat

Agréé en septembre 2015 pour une durée de 5 ans, le programme LIFE BEEF CARBON, piloté par l’Institut de l’Elevage, engage un collectif de plusieurs milliers d’éleveurs et un réseau d’experts issus de 4 pays : l’Irlande, l’Italie, l’Espagne et la France pour diffuser les pra­tiques d’élevage bénéfiques pour le climat. L’objectif ? Réduire l’empreinte carbone de l’élevage des bovins viande de 15 % d’ici 2025.Grâce aux techniciens des organisations de développement agricole (coopératives, chambres d’agriculture, organisations de conseil en élevage), 2 000 élevages sont en cours d’évaluation et 125 fermes innovantes seront suivies avec le diagnostic environnemental Cap2er [1].

Cette évaluation permet de disposer de références dans des contextes de production variés et représentatifs de la diversité des élevages au niveau national et européen pour promouvoir les meilleures techniques environnementales, tout en améliorant les performances économique et les conditions de travail de l’éleveur.

Un programme Européen doublement labellisé par l’ONU et le Ministère de l’EcologieC:Usersc.guinotDocumentsa classerBEEF CARBONLPAALPAA comm toolkitLPAA_logo_v2.jpgDistingué le 1er décembre 2015 par la labellisation officielle LPAA (Plan D’actions Paris-Lima), LIFE BEEF CARBON s’est également vu attribué officiellement en 2015, le label COP21 par Ségolène Royal, ancienne Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, pour sa portée ambitieuse et sa rigueur scientifique. Encore plus de puits de carbone avec le programme 4 pour 1000La filière s’y engage au travers du programme 4 pour 1000. Toujours à l’occasion de la Conférence Paris Climat 2015, INTERBEV a signé ce dispositif visant à quantifier et accroître les stocks de carbone dans les sols agricoles de 4 ‰ chaque année. En 2015, l’élevage bovin français augmente déjà annuellement le stock de carbone de 6,4 ‰ [2] sur les sols qu’il valorise. De plus, en développant les haies sur les surfaces cultivées ou encore les cultures intermédiaires, l’accroissement pourrait atteindre 7 ‰ en 2030.

Retours d’expérience avec…

Jérôme Taillefer, éleveur à LACAPELLE-BARRES, Cantal « Je me suis installé en 2010, sur l’exploitation familiale située dans le Cantal, sur un terrain volcanique à plus de 1 000 mètres d’altitude. J’élève 80 vaches allaitantes de race Salers sur 90 hectares : 56% en prairies naturelles, 36% en prairies temporaires, 4% en céréales autoconsommées sur l’exploitation et 4 % en maïs. J’ai fait le diagnostic Cap2er dans le cadre de LIFE BEEF CARBON afin de me situer par rapport aux émissions de gaz à effet de serre et au stockage de carbone que j’ai sur ma ferme. Un de mes points forts : celui de compenser près de 30% de mes émissions de gaz à effet de serre grâce aux 170 tonnes de carbone stockés annuellement dans les sols de mes prairies naturelles et de mes haies. Ce sont aussi des zones de biodiversité importantes. Autre atout : je produis plus d’énergie que ce que je consomme grâce à mon étable équipée de panneaux photovoltaïques. Ce diagnostic me permet aussi de relever plusieurs pistes d’actions possibles : par exemple, en allongeant la durée de rotation de mes prairies temporaires pour stocker plus de carbone, en optimisant l’équilibre de la fertilisation et en implantant aussi de nouvelles haies dans l’optique de produire du bois-énergie ».

Julien Boulet, éleveur à St M’HERVÉ, Ille-et-Vilaine « J’élève un troupeau de vaches limousines en système Naisseur-Engraisseur de veaux sur 100 hectares principalement cultivés en prairies (76,35 ha), avec également 2 ha de luzerne, 13 ha de blé, 2.65 ha d’orge et 6 ha de méteil.Le diagnostic Cap2er que j’ai réalisé avec mon technicien m’a permis de valider des pistes d’amélioration auxquelles je pensais comme réduire la fertilisation minérale de synthèse au profit de la fertilisation organique grâce à la récupération du lisier de porc chez un voisin, diminuer l’âge au premier vêlage passant de 33 à 30 mois et enfin implanter 1,3 kilomètres de linéaires de haies (soit 20 % de plus qu’actuellement); Ces haies vont stocker du carbone et me permettront de chauffer ma maison grâce à un système de chauffage au bois déchiqueté. Connaître mon empreinte environnementale et savoir me situer, c’est aussi important pour moi vis-à-vis de mes clients qui m’achètent de la viande ».

Thierry Renault, éleveur à LANRELAS, Côtes d’Armor « Je suis Naisseur-Engraisseur : j’élève 57 vaches de race Limousine et je garde tous leurs veaux pour les engraisser sur mon exploitation. L’alimentation du troupeau est produite en grande partie sur les 56 hectares de ma ferme où je cultive 34 hectares de prairies, 15 hectares de maïs, 3 hectares de blé, 4 hectares de méteil (qui est un mélange de triticale, avoine, pois). Au travers du diagnostic que j’ai réalisé dans le cadre de LIFE BEEF CARBON, je peux me situer par rapport aux élevages du même type que le mien. Je constate que la production de viande que je réalise avec mon troupeau est dans la moyenne haute. Il n’y a donc pas beaucoup à gagner sur la productivité qui est un moyen de diminuer l’émission de méthane par kg de viande. En revanche, je peux gagner en stockage de carbone et également en autonomie protéique pour l’alimentation du troupeau, en remplaçant 6 hectares de maïs par de la prairie et en implantant un mélange de ray gras et trèfle violet ».

Abel Lumineau, éleveur dans les Deux-Sèvres et en charge du dossier climatique pour INTERBEV Nouvelle Aquitaine « La Nouvelle Aquitaine ne fait pas partie du programme initial BEEF CARBON limité à 6 régions. Cependant,  nous avons souhaité, avec plusieurs structures de conseil de la grande région, nous inscrire dans cette dynamique positive. D’autant plus qu’il y avait des structures déjà engagées dans la lutte contre le changement climatique comme ma coopérative Caveb, qui a un projet autour du pâturage tournant dynamique et du stockage de carbone. Nous sommes donc en train de nous structurer pour aller demander un accompagnement auprès de la région ainsi que de l’ADEME afin de suivre 600 élevages. Je suis persuadé qu’un programme tel que LIFE BEEF CARBON permet aux éleveurs et aux techniciens de se poser les bonnes questions pour avancer sur leur performance technique et écologique : quelles pratiques conserver, faire évoluer, quel choix de fourrages, sans oublier de faire le lien avec la qualité de la viande qui est un des objectifs clés de notre métier ».

LIFE BEEF CARBON, un programme actif qui s’inscrit dans la démarche de responsabilité sociétale de la filière Elevage et Viande : « Le Pacte pour un Engagement Sociétal »

Un engagement de toute une filière destiné à répondre aux attentes du consommateur citoyen Afin d’intégrer toujours mieux les attentes de la société et des consommateurs en matière d’élevage et de production de viande, les professionnels de l’ensemble de la filière élevage et viande se sont fédérés en février 2017 autour d’une véritable démarche de responsabilité sociétale sur le long terme baptisée « Pacte pour un Engagement Sociétal ».Pour encadrer et structurer cette démarche de progrès, la filière a souhaité s’appuyer sur la norme internationale ISO 26 000, dite norme de Responsabilité Sociétale des Entreprises ou Organisations (RSE ou RSO). Reconnue internationalement, cette norme établit des lignes directrices pour définir une démarche de développement durable crédible au sein d’une organisation.

Tant au niveau de la préservation de l’environnement, de la protection animale et de la qualité des produits, la filière engage des actions pour notamment renforcer l’information au consommateur, développer les bonnes pratiques d’élevage et d’abattage, encourager la recherche et le développement et se concerter avec les différentes parties prenantes.

Une démarche ouverte vers l’extérieurDès 2014, INTERBEV a engagé une démarche de concertation environnementale en invitant les ONG de protection de l’environnement à échanger et débattre avec des représentants de la filière sur l’élevage bovin allaitant français et la production de viande bovine. Au travers de ces concertations qui ont donné lieu à une publication conjointe : « Elevage bovin allaitant français et climat », des pistes de travail ont été dégagées. Ce sont celles qui sont notamment développées dans le programme LIFE BEEF CARBON. Fort des enseignements de ces premières concertations, INTERBEV a également engagé le dialogue en 2017 avec des ONG de protection animale (OABA, CIWF, LFDA, WELFARM).

Plus d’informations sur la méthodologie du « Pacte pour un Engagement Sociétal » d’INTERBEV sur http://www.interbev.fr/enjeux-societaux/pacte-engagement-societal/Cette démarche d’amélioration continue sur l’ensemble des critères sociétaux s’inscrit dans les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies, et notamment les objectifs n° 12 : production et consommation responsable, n° 13 lutte contre les changements climatiques, n°s 14 et 15 : protection de la faune et la flore aquatiques et terrestres. Ce « Pacte pour un Engagement Sociétal » d’INTERBEV s’inscrit également dans l’esprit des travaux menés dans le cadre des Etats Généraux de l’Alimentation pour garantir à tous l’accès à une alimentation durable et de qualité.

Agenda COP 23 : les grands rendez-vous de la filière Elevage et Viande « engagée dans le défi climatique »

Du 8 au 17 novembre prochains, plusieurs temps forts seront l’occasion de mieux connaître le programme LIFE BEEF CARBON et les actions menées par la filière Elevage et Viande, avec comme point d’orgue la conférence du 16 novembre « L’Elevage ruminant engagé dans le défi climatique et les Objectifs de Développement Durable » qui se tiendra au Pavillon France, en présence de Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. Une conférence qui démontrera que les actions engagées par INTERBEV font partie intégrante de la stratégie de filière : aller toujours plus loin dans ses démarches de progrès et être moteur dans la réponse aux enjeux de développement durable.

Le 8 novembre de 10h00 à 11h30 au Pavillon Europe

  • Présentation du programme LIFE BEEF CARBON, retenu par le dispositif LIFE de la Commission européenne avec 3 autres projets, pour venir témoigner de ses ambitions, de sa capacité à rassembler de multiples acteurs et de sa dimension tant nationale qu’européenne.

Le 10 novembre de 14h00 à 15h30 au Pavillon Europe

  • Side Event organisé par l’Institut de l’Elevage (IDELE) et INTERBEV. L’objectif ? Faire le point sur la gestion des émissions de gaz à effet de serre et le stockage de carbone par les élevages de bovins allaitants.
  • Introduction : Caroline Guinot, INTERBEV et Jean-Baptiste Dollé, IDELE
  • Présentation du projet LIFE BEEF CARBON – Jean-Baptiste Dollé, IDELE
  • Emission de gaz à effet de serre, empreinte carbone de la viande et autres préoccupations environnementales : Dr Donal O’Brien, TEAGASC
  • Le stockage de carbone en élevage ruminant / Katia Klumpp, INRA
  • Mise en œuvre du projet en France / témoignages de Jérôme Taillefer, éleveur et Yann Bouchard, chambre d’agriculture
  • Mise en œuvre du projet en Italie / témoignage de Sara Care, CREA
  • Conclusion : Caroline Guinot, INTERBEV et Jean-Baptiste Dollé, IDELE

Le 16 novembre de 9h00 à 13h00 au Pavillon France

  • Side Event organisé par la CNE en partenariat avec le CNIEL, INTERBEV et le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation avec l’appui de l’Institut de l’Elevage. Evénement présidé par la FAO.
  • Présentation des démarches « bas carbone » en élevage de bovins lait et viande : LIFE CARBON DAIRY/ FERME LAITIERE BAS CARBONE et LIFE BEEF CARBON ; d’une initiative inscrite dans le programme 4 pour 1000 et de la démarche de responsabilité sociétale et de concertation de la filière élevage et viande (« Pacte pour un engagement sociétal »).
  • Témoignages croisés de Bruno Dufayet, président de la Commission Enjeux Sociétaux d’INTERBEV et d’Arnaud Gauffier de WWF France.

A propos d’INTERBEVINTERBEV est l’Association Nationale Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes, fondée en 1979 à l’initiative des organisations représentatives de la filière bétail et viandes. Elle reflète la volonté des professionnels des secteurs bovin, ovin, équin et caprin de proposer aux consommateurs des produits sains, de qualité et identifiés tout au long de la filière. Elle fédère et valorise les intérêts communs de l’élevage, des activités artisanales, industrielles et commerciales de ce secteur qui constitue l’une des premières activités économiques de notre territoire. Pour en savoir plus : www.la-viande.frwww.interbev.fr

Contacts presse INTERBEV : Claire LEDUC- 01 44 87 44 43 / Cécile LARDILLON- 01 44 87 44 76

[1] Plus d’informations sur www.cap2er.fr/Cap2er
[2] Source – IDELE

Voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *