MATINES accélère sa transformation vers les œufs alternatifs et présente un projet d’adaptation de son organisation industrielle

Ce projet vise à renforcer la compétitivité de MATINES et à adapter l’organisation industrielle de son activité de conditionnement d’œufs coquille à la mutation du marché vers les œufs alternatifs. Il s’appuie sur une ambition stratégique forte, à la hauteur des enjeux auxquels la société fait face, afin de préserver son avenir et celui de ses partenaires éleveurs.

Paris, le 9 novembre 2017 – La direction de MATINES a présenté ce jeudi 9 novembre après-midi un projet d’adaptation de son activité de conditionnement d’œufs coquille.

A travers ce projet, la société entend accélérer sa transformation vers l’œuf alternatif (issu d’élevages en plein air et bio) et ainsi relever le défi majeur d’un marché de l’œuf coquille en pleine mutation, marqué notamment par la perte de vitesse de l’œuf standard (issu d’élevages en cages aménagées).  

Cette transformation répond à une ambition stratégique forte de MATINES, engagée à reconquérir son leadership dans les rayons et à s’adapter à un marché qui tire désormais sa croissance des œufs alternatifs.

Elle est aujourd’hui indispensable pour préserver l’avenir de la société et lui permettre de renouer avec la croissance, tout en favorisant le maintien dans les territoires de l’activité de nombreux partenaires producteurs au sein de la filière Œuf française.

Dans le même temps, MATINES a conscience que la mise en œuvre de ce projet nécessiterait une adaptation de son organisation industrielle et pourrait entraîner des suppressions de postes, la fermeture du site de Branges (Saône-et-Loire) et la spécialisation d’une partie des activités du site de Naizin (Morbihan).

Si la mise en œuvre de ce projet impliquerait nécessairement une adaptation de son organisation industrielle, MATINES entend en limiter au maximum l’impact social. Alors que 72 suppressions de postes seraient envisagées, la direction s’engagerait afin de réduire au maximum les pertes effectives d’emploi. Elle accompagnerait chacun des salariés concernés et donnerait la priorité à la reconversion ou au reclassement et à la mobilité au sein du Groupe AVRIL.

Les directions du Groupe AVRIL et de MATINES sont convaincues de la capacité de la société à relever avec succès ce défi de transformation et à renouer avec la croissance. AVRIL s’est fortement engagé en ce sens, en procédant en juillet 2017 à une augmentation du capital de MATINES d’un montant de 44 M€.

La présentation de ce projet signifie l’ouverture de discussions avec les représentants du personnel et le lancement d’une procédure d’information-consultation.

MATINES compte 357 salariés et 7 centres de conditionnement d’œufs coquille situés à Branges (Saône-et-Loire – 58 salariés), Brugnens (Gers – 26 salariés), Chalamont (Ain – 48 salariés), Montdidier (Somme – 62 salariés), Montoldre (Allier – 9 salariés), Naizin (Morbihan – 54 salariés) et Trémorel (Côtes-d’Armor – 55 salariés), ainsi que 2 établissements administratifs situés à Bruz (Ille-et-Vilaine – 10 salariés) et Paris (siège, 35 salariés).

Communiqué Matines – Groupe Avril

Voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *