WWC / COP23 – Plus de 255 milliards d’euros annuels doivent être investis contre le changement climatique

Plus de 255 milliards d’euros annuels doivent être mondialement investis dans les infrastructures hydriques jusqu’en 2030 pour lutter contre le changement climatique

100 milliards d’euros par an pour construire de nouvelles infrastructures adéquates et au moins 155 milliards d’euros supplémentaires pour renouveler et améliorer les équipements sont nécessaires afin de s’adapter au changement climatique et d’atténuer le réchauffement climatique

Le Conseil Mondial de l’Eau souligne la nécessité de faire du financement une priorité politique lors de la COP23 pour assurer la sécurité de l’eau et de l’assainissement partout dans le monde

  • Dans le monde entier, le coût total de l’insécurité hydrique pour l’économie mondiale est estimé à 500 milliards de dollars par an.

  • 80% des pays déplorent un financement insuffisant pour atteindre les objectifs nationaux en matière d’eau potable.

Conseil Mondial de l’Eau, Marseille, le 6 novembre 2017 – Le Conseil mondial de l’eau (WWC) exhorte les gouvernements, les banques d’investissement et les fonds du monde entier à faire du financement de l’adaptation et de l’atténuation des infrastructures hydriques une priorité afin d’accroître la résilience aux effets du changement climatique. La lutte contre les changements climatiques est au cœur de l’action du Conseil mondial de l’eau qui œuvre pour garantir l’accès à l’eau potable à tous et pour améliorer la sécurité de l’eau dans son ensemble. Le WWC regroupe plus de 300 organisations membres à travers le monde qui, ensemble, encouragent le dialogue et la coopération internationale pour s’adapter et atténuer les effets du changement climatique sur la sécurité hydrique.

La 23e Conférence des Parties des Nations Unies (COP23), présidée par les Fidji, se tiendra à Bonn du 7 au 18 novembre. La COP23 mettra en avant la sécurité hydrique comme facteur de développement humain et vecteur d’adaptation au changement climatique. Le sommet a désigné le 10 novembre comme Journée de l’eau dans le cadre du Programme de partenariat pour le climat mondial de Marrakech. Cette journée est coordonnée par les membres de l’initiative #ClimateIsWater.

#ClimateIsWater a été lancée lors de la COP21 et est coordonnée par le Conseil mondial de l’eau. Ses membres sont le WWC, l’AGWA (Partenariat pour l’eau à usage agricole en Afrique), le SIWI (Stockholm International Water Institute), l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), le Partenariat français pour l’eau, le Ministère marocain de l’eau, la Fondation Bill et Melinda Gates, l’UNESCO, l’Académie française de l’eau, l’IWRA, Water Aid et Women for Water Partnership, ainsi que 63 autres organisations du monde entier.

Le financement est essentiel pour surmonter les obstacles à la réalisation de l’Objectif de développement durable 6 des Nations Unies (ODD6) de faire de l’eau potable et de l’assainissement une réalité universelle d’ici 2030 et sera examiné par un groupe de financement de la COP23 le 10 novembre. Débloquer et exploiter le financement sera non seulement une priorité lors de la COP23, mais également lors du Forum mondial de l’eau, qui se tiendra au Brésil du 18 au 23 mars 2018.

Essentiel à la santé publique et au développement économique, le secteur de l’eau est pourtant confronté à des défis majeurs pour obtenir un financement suffisant répondant aux besoins d’investissement. Selon les publications de l’ONU, 80% des pays signalent un financement insuffisant pour atteindre les objectifs nationaux en matière d’eau potable et d’assainissement, et ce malgré une augmentation des allocations budgétaires nationales. L’accès au financement est une étape cruciale dans la réalisation de l’Objectif 6 des Nations Unies pour le développement durable (ODD6) visant à garantir la disponibilité et la gestion durable de l’eau potable ainsi que l’assainissement pour tous. Le déficit de financement a été identifié comme l’un des plus grands obstacles à la réalisation de cet objectif. Les investissements financiers dans les infrastructures hydriques devraient tripler pour atteindre 255 milliards d’euros par an, en tenant compte des coûts de fonctionnement et d’entretien pour atteindre l’ODD6 des Nations Unies.

Dans le but de sensibiliser la communauté internationale à l’eau et au changement climatique, des documents, des discussions et des recommandations ont été compilés dans le Livre Bleu Eau et Climat, outil ayant vocation à encourager le passage à l’action. Le Livre Bleu a été développé par le Ministère de l’Eau du Maroc, le Ministère français de l’Environnement et le Conseil Mondial de l’Eau pour la COP22. Une deuxième édition mise à jour sur les progrès et les recommandations, y compris sur le financement des infrastructures hydrauliques, sera présentée au Pavillon du Maroc le 11 novembre lors de la COP23. Le financement des infrastructures hydriques est un élément clé du rapport.

David Hebart-Coleman, expert de la Banque africaine de développement sur le changement climatique et l’eau, a souligné l’importance d’un accès optimal aux fonds existants pour le changement climatique pour le financement des infrastructures hydriques : « Au départ, le changement climatique était seulement considéré comme quelque chose à traiter. Aujourd’hui, il est de plus en plus perçu comme une opportunité pour faire avancer l’agenda pour l’eau parce que nous pensons que la plupart des actions d’approvisionnement en eau et d’assainissement sont résilientes au changement climatique. »

« Dans le cadre du Conseil Mondial de l’Eau, nous cherchons à encourager le dialogue entre les communautés de l’eau et du climat ainsi que les acteurs étatiques et non étatiques pour une meilleure gestion de l’eau et des infrastructures dans l’incertitude du changement climatique », a expliqué Dogan Altinbilek, Vice-président du Conseil mondial de l’eau.

La plupart des discussions lors de ce sommet mondial sur l’environnement ouvriront la voie au 8ème Forum Mondial de l’Eau qui se tiendra au Brésil du 18 au 23 mars 2018. Le Président du Conseil Mondial de l’Eau, Benedito Braga, a ainsi déclaré : « C’est dans l’eau que nous trouverons la meilleure manière d’adapter ou d’atténuer les effets du changement climatique. Nous sommes unis dans notre détermination. En tant qu’organisateurs du Forum mondial de l’eau, nous sommes impatients d’accélérer le changement pour un monde sûr pour l’eau lors du 8ème Forum qui réunira plus de 30 000 parties prenantes ». Assisteront à ce plus grand événement mondial sur l’eau les leaders mondiaux, les leaders d’opinion et les experts de l’eau et du changement climatique. L’inscription au Forum mondial de l’eau est maintenant ouverte.

Les porte-paroles du Conseil mondial de l’eau sont disponibles pour des interviews

A propos du Conseil mondial de l’eau (WWC) :

Le Conseil Mondial de l’Eau (WWC) est une plate-forme internationale multipartite, fondatrice et co-organisatrice du Forum Mondial de l’Eau. Sa mission est d´impulser des actions sur les problématiques relatives à l’eau à tous les niveaux, y compris au plus haut niveau décisionnel, en encourageant le débat et en contestant la pensée conventionnelle. Le Conseil se concentre sur les dimensions politiques de la sécurité hydrique, de l’adaptation et de la durabilité, et travaille à positionner l’eau au sommet de l’agenda politique mondial. Créé en 1996, le Conseil Mondial de l’Eau réunit plus de 300 organisations membres de plus de 50 pays différents. Plus d’informations sur www.worldwatercouncil.org @wwatercouncil #wwatercouncil

Voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *