Un prêt de 98,54 millions d’euros de la BAD pour soutenir l’agriculture au Gabon

Abidjan, Côte d’Ivoire, le 28 novembre 2017 – Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a donné, mardi 28 novembre 2017, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, son accord pour l’octroi d’un prêt de 98,54 millions d’euros au Gabon afin de permettre au pays de financer son programme intitulé « Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés » (GRAINE) qui s’exécute en deux phases entre 2015-2025.

Le prêt accordé dans le cadre du Partenariat Public-Privé (PPP) représente 85% du montant total des 116 millions d’euros nécessaires au financement de la phase I du Programme GRAINE qui couvre la période 2015-2020.

Le programme GRAINE a pour objectifs d’améliorer la sécurité alimentaire, de réduire la pauvreté et de soutenir la diversification de l’économie gabonaise par la promotion des cultures industrielles et vivrières.

Dans le cadre de sa politique de promotion du secteur agricole, le Gabon s’était associé en 2014 avec Olam pour créer la Société de transformation agricole et de développement rural (SOTRADER), détenue à 51% par l’Etat gabonais et 49% par le groupe agro-industriel singapourien.

« Le financement de cet important projet d’appui au programme GRAINE-Phase 1 (PAPG1) traduit notre volonté de soutenir les autorités gabonaises dans leur effort de diversification économique. Il marque surtout notre ferme volonté d’augmenter substantiellement nos engagements financiers dans le secteur agricole », a soutenu Jennifer Blanke, vice-présidente chargée de l’Agriculture et du développement humain et social à la BAD.

S’adressant au Conseil lors de l’examen de la requête de prêt, Jennifer Blanke a assuré que l’ambition de la Banque, première institution de financement du développement, est de faire de l’agriculture une activité commerciale génératrice de revenus pour les paysans africains.

Le PAPG1 devrait, sur 5 ans,  toucher plus de 630 000 personnes dont 45% de femmes, créer environ 5100 emplois directs, permettre la mise en valeur de 10 000 hectares de cultures vivrières et 10 500 autres hectares de plantation de palmiers à huile.

Outre la création de 500 entreprises agricoles rurales et la réduction des importations des denrées alimentaires, le PAPG1 donnera lieu à la construction de routes, de classes, de centres de santé ainsi qu’à la fourniture d’eau et d’électricité.

« Ce projet va couvrir 6 provinces du Gabon (le Haut-Ogooué, la Ngounié, la Nyanga, l’Ogooué-Ivindo, l’Ogooué-Lolo et le Woleu-Ntem) et permettra la production de 274 000 tonnes de produits alimentaires. Il s’agit d’un enjeu important pour le pays qui importe 80% de ses denrées alimentaires et qui consacre près de 350 milliards de FCFA à ce volet », s’est réjoui Ousmane Doré, directeur général de la BAD pour la région Afrique centrale.

Il a par ailleurs fortement souligné que l’initiative est en parfaite adéquation avec quatre dess cinq priorités stratégiques de la BAD dites High5, notamment « Nourrir l’Afrique », « Améliorer les conditions de vie des populations en Afrique », « Electrifier l’Afrique » et « industrialiser l’Afrique ».

Voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *